02/218.09.02
Sélectionner une page

Action NO2Pollution

Depuis le 18 février et pendant un mois, des capteurs de pollution de l’air ont été installés dans différentes communes bruxelloises, dans le cadre d’une action régionale de mesures organisée par Ecolo et Groen. Les résultats seront communiqués en avril.

Les Bruxellois·e·s souffrent de la pollution de l’air

La pollution ambiante cause des problèmes respiratoires, des maladies pulmonaires ou le cancer. On estime à plus de 600 le nombre de Bruxellois·e·s qui, chaque année, décèdent prématurément de la pollution de l’air. Des concentrations trop élevées de dioxyde d’azote (NO2) notamment sont en cause. Face à cette situation, le gouvernement bruxellois actuel reste trop timide. La Région manque d’un réel réseau de stations de surveillance, suffisamment étendu pour mesurer la qualité de l’air partout dans la ville. C’est pourquoi Ecolo et Groen veulent agir !

Les capteurs de pollution de l’air

Les groupes locaux Ecolo et Groen ont installé des tubes de mesure dans 12 communes bruxelloises. Des dizaines militant·e·s ont répondu à l’appel d’Ecolo et Groen en vue de faire installer ces capteurs de pollution en façade de leur habitation (voir la carte ci-dessous). Les capteurs permettront de connaître la concentration de dioxyde d’azote (ou NO2) dans l’air ambiant. Pourquoi le NO2 – dont la présence peut être également consultée sur une carte en ligne de la Cellule Interrégionale de l’Environnement (CELINE) ? Le dioxyde d’azote, explique la Cellule Celine sur son site web, est « un polluant qui provient des processus de combustion » et « peut causer des irritations aux yeux, au nez et à la gorge et peut aussi causer,par inhalation, des irritations des poumons et réduire la fonction pulmonaire. Dans les zones avec beaucoup de NO2, le risque de crise d’asthme est accru, tout comme le nombre d’hospitalisations dues à des problèmes du système respiratoire » (Source : Quels sont les risques du NO2?).

10 propositions pour une meilleure qualité de l’air

À l’échelle de la Région, Ecolo et Groen avancent dix mesures qui doivent permettre à tou·te·s de mieux respirer !

  1. Plus de vélos (électrique) et des transports en commun propres, au lieu des voitures et des moyens de transport individuels motorisés
  2. BUS STIB et camions à ordure plus propres et économiques
  3. Verdissement de la fiscalité automobile grâce à l’introduction de l’ecoscore
  4. Taxe kilométrique intelligente partout dans Bruxelles
  5. Un budget mobilité alloué à tou·te·s, au lieu du système actuel de voitures de société
  6. Respect des normes mondiales de santé pour mesurer la qualité de l’air, au lieu des normes européennes, plus faibles
  7. Modifier le plan en cas de « Pic de pollution » afin que des mesures soient activées plus rapidement en cas de mauvaise qualité de l’air
  8. Plantation d’arbres et arbustes supplémentaires et utilisation de la végétation urbaine comme filtre
  9. Instauration de technologies de chauffage plus propres et d’un programme de rénovation ambitieux pour les logements privés et publics
  10. Plus de dispositifs de mesure consultables en ligne, avec une attention particulière aux points problématiques, et impliquant les citoyens

Résolution au parlement bruxellois

Nos dix propositions sont un résumé de la proposition de résolution soumise pour une meilleure qualité de l’air par Arnaud Pinxteren (Ecolo) et Annemie Maes (Groen).

 

NO2Pollution: Les écologistes bruxellois mesurent la qualité de l’air

Chaque année, plus de 600 Bruxellois meurent prématurément de la pollution de l’air. Des concentrations trop élevées de dioxyde d’azote (NO2) entraînent des problèmes respiratoires, des maladies pulmonaires ou le cancer. Le gouvernement bruxellois ne fait pas assez pour contrer cette pollution et les stations de surveillance sont insuffisantes pour mesurer la qualité de l’air partout dans la ville.

Face à ces constats, nous voulons agir ! A partir du week-end du 17 février, les groupes locaux Ecolo et Groen installeront des tubes de mesures dans 12 communes bruxelloises. Placés sur la façade de leur habitation, de leur école ou au coin de leur rue, la qualité de l’air y sera mesurée durant 4 semaines.

« Les Bruxellois sont inquiets pour leur santé et celle de leurs enfants. Il est urgent de renforcer les systèmes de mesures de la qualité de l’air et les actions entreprises en vue de la restaurer » précise Bernard Vanuffel, échevin jettois (Ecolo) et participant à l’action.

Dans le même temps au Parlement bruxellois, Ecolo et Groen ont introduit une proposition visant à améliorer la qualité de l’air au travers du déploiement d’actions supplémentaires afin de décourager l’usage du diesel, renforcer l’isolation, développer les plantations,… »Les verts demandent également un désinvestissement des énergies fossiles à l’horizon 2030 et la bannissement total des véhicules diesel à l’horizon 2025. Une action massive et transversale est plus que jamais nécessaire pour garantir la qualité de l’air et préserver la santé des Bruxellois » ajoute Arnaud Pinxteren, député bruxellois (Ecolo)

Les résultats de la campagne de mesure seront communiqués en avril.

Articles de presse:

Des Bruxellois mesurent eux-mêmes la qualité de l’air. La Libre Belgique. Infos.

Bruxelles: Les Verts mesurent la qualité de l’air. DH. Infos.

Veelgestelde vragen over luchtkwaliteit. De Standaard. Infos.

Groenen meten Brusselse luchtkwaliteit: ‘NO 2 pollution’ Bruzz Infos.

Les Bruxellois.e.s bougent pour la qualité de l’air

Avec différentes organisations, vous pouvez opter pour des actions pour une meilleure qualité de l’air,

Quelques photos de l’installation des éprouvettes.