Les Bruxellois auront bientôt un service de médiation de l’eau. C’est l’objet de l’amendement des écologistes au projet d’ordonnance du Gouvernement visant l’instauration d’un organe indépendant de contrôle du prix de l’eau, voté ce vendredi en séance plénière au Parlement bruxellois. « Le recours à un service de médiation de l’eau a toute son utilité pour éviter de judiciariser des litiges de paiement et d’en arriver à couper la fourniture d’eau. Il pourra également être saisi pour connaître de problèmes de surconsommation indépendantes de la volonté du consommateur comme dans le cas de fuites sur des canalisations enterrées ou en sortie de compteurs, ou encore en cas de souci concernant la qualité de l’eau », explique Arnaud Pinxteren, député Ecolo.

Pour Magali Plovie, « il s’agit de garantir à tous l’accès à un service et à une eau de qualité, il est urgent de lutter contre cette forme de précarité qui touche de plus en plus de Bruxellois».

Concrètement, ce service sera chargé de l’évaluation et l’examen de toutes les questions et plaintes des usagers ayant trait aux activités des opérateurs de l’eau, mais aussi de faciliter la conclusion de compromis à l’amiable entre l’usager et un opérateur. Par ailleurs, cet organe formulera des recommandations à l’attention des opérateurs et fournira un rapport annuel de ses activités.

« Nous avions déposé une résolution allant dans ce sens, dans l’espoir que celle-ci soit votée et suivie de décisions concrètes. Cet amendement nous permet d’avancer plus vite dans l’intérêt des Bruxellois », se réjouit Arnaud Pinxteren.

 

Arnaud Pinxteren, député Ecolo

Magali Plovie, députée Ecolo

Annemie Maes, députée Groen