Le tout récent rapport de la Cour des Comptes Européenne relatif à la pollution de l’air est accablant pour l’Europe et pour Bruxelles.

Ses conclusions sont sans appel : l’action engagée par l’Union Européenne et ses États membres pour protéger la santé humaine contre la pollution atmosphérique est largement insatisfaisante.

Les auditeurs invitent notamment à aligner les normes européennes sur les lignes directrices de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ou à mieux informer le public…. Nous, les écologistes, ne disons pas autre chose depuis des années comme dans le texte que nous avons déposé au Parlement et qui a péniblement recueilli le soutien de la majorité.

Par ailleurs, le rapport nous dit qu’il est fort possible que la pollution atmosphérique soit sous-estimée, faute d’avoir été mesurée là où il le faudrait ou sur une période approprié. A cet égard, l’ « exemple » de Bruxelles est (tristement) épinglé, avec un réseau de mesure inadéquat…

Enfin, pour la Cour des Comptes la mesure la plus efficace consisterait à limiter l’utilisation des véhicules individuels. Il n’est ici pas question de Zone de Basse Emission (LEZ) mais bien de réduire drastiquement le volume des voitures en circulation !

Lire aussi: NO2 Pollution

Lors de l’interpellation de la Ministre compétente ce matin sur ce sujet, j’ai eu l’occasion d’insister sur la nécessité de ne pas attendre l’Europe pour faire mieux. Notre horizon de moyen terme doit être de respecter les normes OMS en matière de qualité de l’air.

Pour cela, un changement majeur et rapide de nos habitudes de mobilité doit être accompagné de décisions publiques courageuses et ambitieuses : tarification zonale, investissements massifs dans les transports publics de surface, fiscalité verte, et plusieurs journées sans voiture dans certains quartiers de Bruxelles comme vient de le décider la mairie de Paris…

Après 5 ans d’investissements dans les tunnels routiers et de fantasme “métro”, il est plus que temps de se doter d’un plan d’action réaliste et concret pour une autre mobilité.

Arnaud Pinxteren