Mon vélo, ma liberté…

07h55, passage sur le détecteur du compteur de vélo situé sur la Rue de la Loi, je suis la 19 999 ème cycliste à passer. Et le 20 000ème n’est pas loin ! Partout autour de moi, des cyclistes, de tout âge. Ici, un jeune papa qui roule au pas derrière son enfant sur son tricycle. Là, une dame âgée qui profite de la descente pour prendre de l’élan pour attaquer la montée. Là-bas, un monsieur qui part faire ses courses avec son vélo cargo et son chien. Et cette jeune fille qui passe en chantant. Les piéton·ne·s ne sont pas en reste puisqu’iels occupent une des bandes de circulation anciennement dédiée au trafic automobile. Les automobiles, parlons-en ! Elles sont très peu à utiliser la seule bande de circulation qui leur est encore consacrée. Qui aurait pensé, en 2022, que Bruxelles deviendrait, en 2030, la première capitale au monde à connaître une telle croissance des modes de déplacement doux et une telle diminution de l’utilisation de la voiture ! 

 Nous sommes en 2050 et moi qui suis née en 2032, j’entends souvent ma grand-mère évoquer ce passage du tout à la voiture vers un meilleur partage de l’espace public. Elle me raconte comment des citoyen·nes, des associations et des élu·e·s ont travaillé ensemble pour y parvenir. Elle évoque les réticences et fortes oppositions de certains face à Good Move et comment nos élu·e·s écologistes ont tenu bon. Elle se souvient avec joie d’avoir vu fleurir de nouvelles rues et pistes cyclables. Elle se remémore avec un brin de nostalgie les critical mass du dernier vendredi du mois. A présent, la critical, mass, c’est tous les jours ! Moi qui n’ai pas connu tout ça, je ressens une grande reconnaissance à l’égard de ces personnes qui ont oeuvré à apaiser notre région et à la rendre plus respirable, rendant ainsi les quartiers et l’espace public aux citoyen·ne·s qui l’occupent pour leur déplacement mais aussi pour des activités de quartier et la création de liens sociaux. 

 Alors, je dis un énorme merci à toutes celles et ceux qui ne croyaient pas que c’était impossible et qui l’ont fait !

Zaïna, future Bruxelloise