Chaque année à la même période, la gratuité de l’enseignement revient sur le devant de la scène. Chaque année, les Ministres de l’enseignement la promettent. Cette rentrée scolaire ne fait pas exception : interpellée par la Ligue des familles, la Minstre cdH Marie-Martine Schyns se limite à expliquer que ’la gratuité sera envisagé de manière progressive en priorité dans l’enseignement maternel, puis dans l’enseignement primaire, puis dans l’enseignement secondaire en fonction des types de frais (d’abord les frais dits « scolaires » et les frais « d’accueil »)’.

Pour Ecolo, il s’agit une nouvelle fois de promesses qui n’engagent que très peu la Ministre. « La gratuité scolaire est une obligation légale. Or, la réalité est toute autre et notre enseignement coûte cher aux familles. L’école doit être plus équitable et offrir les mêmes chances à tous les enfants, » commente Barbara Trachte, cheffe de groupe Ecolo au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les écologistes prennent donc acte des engagements formulés par la Ministre mais regrettent que qu’ils n’aient pas déjà été adoptés. « En effet, l’incertitude politique dans laquelle le président du cdH, Benoît Lutgen, nous a plongé risque de mettre à mal les quelques avancées en matière de gratuité contenues dans le Pacte. Le cdH doit prendre ses responsabilités, tant concernant la crise actuelle qu’au niveau des politiques menées. C’est l’avenir des générations futures qui en jeu, » conclut Barbara Trachte.

Photo (CC) Freepik