Ce mercredi, l’administration régionale Bruxelles Mobilité réunissait les acteurs participant à la rédaction du futur Plan régional de Mobilité, afin d’en présenter l’avant-projet. Leur remarques et avis sont attendus pour le 5 octobre afin de permettre à l’administration régionale de poursuivre l’élaboration du plan.

Depuis juillet 2013 et l’adoption de l’ordonnance « Mobilité », les Bruxellois attendent que la Région se dote d’un plan de mobilité ambitieux et réglementaire s’imposant aux communes. Les problèmes endémiques de l’immobilisme politique et de la cacophonie institutionnelle dans ce dossier délicat devaient en effet prendre fin grâce à ce nouveau cadre. Cinq ans plus tard, Bruxelles Mobilité nous présente un avant-projet de plan critiqué par la majorité elle-même. A quel jeu joue-t-on ?

« Le texte ne présente rien d’innovant mais rien de fondamentalement mauvais. Il propose une vision plutôt moderne de la mobilité : diminuer la distance parcourue par les voitures, mettre la marche et le vélo au cœur de la mobilité, améliorer les transports en commun de surface… Autant d’options que les écologistes soutiennent de longue date », commente le député bruxellois Arnaud Pinxteren (Ecolo). L’élu vert salue le processus participatif qui a donné lieu au texte présenté ce jour tout en soulignant sa dérangeante impression que « la participation a surtout permis au Gouvernement de gagner du temps et de faire l’inverse pendant 5 ans».

Lire aussi: Le Soir: Ecolo sur le plan mobilité Good Moove “Le gouvernement bruxellois n’en veut pas”

La députée Céline Delforge dénonce : « Les recommandations du panel citoyen sur la mobilité ont été enterrées par le gouvernement. La majorité a refusé notre proposition d’ordonnance visant à généraliser le 30 km/h sur le territoire de la Région. Bref, il y a un fossé entre les aspirations profondes des Bruxellois et la volonté politique d’assumer les changements majeurs qui sont nécessaires . Alors que le Ministre-Président bruxellois déclarait récemment dans la presse ne pas pouvoir faire beaucoup plus pour la mobilité, les files s’allongent, la qualité de l’air reste médiocre, les alternatives à la voiture stagnent et le gros des investissements réalisés par son Gouvernement sont engloutis par des projets routiers ».

Pour les élus écologistes, les contradictions flagrantes entre les paroles et les actes sont également tristement illustrées par le dossier de l’élargissement du Ring. « Monsieur Vervoort veut moins de voitures en ville mais est prêt à une « optimalisation » du Ring qui amènera inévitablement plus de circulation dans nos rues, et plus de pollution », souligne Arnaud Pinxteren.

Lire aussi: Ecolo dénonce le discours schrizophrène de Vervoort en matière de mobilité.

« A l’heure où la congestion reste endémique à Bruxelles, où les parents et les citoyens sont toujours plus inquiets de la mauvaise qualité de l’air, les Bruxellois veulent légitimement des réponses concrètes, modernes et assumées politiquement », enjoignent les élus Ecolo.

Céline Delforge & Arnaud Pinxteren