Ecolo-Groen réclame toute la transparence sur cette procédure et sur le contrat d’exécution

 

Une opération policière a eu lieu ce matin sur le site de la future prison de Haren pour évacuer des activistes s’opposant à la création de ce méga-complexe pénitencier. Depuis le début, Ecolo-Groen s’oppose fermement à ce projet destiné à recevoir 1.190 détenus sur 116.000 m² au Nord de Bruxelles et dénonce également le manque total de transparence du gouvernement fédéral dans les procédures.

Lire aussi: Maxi prison: la majorité bruxelloise s’entête et se déresponsabilise

L’opération policière de ce matin interpelle les écologistes car le Ministre Jambon (N-VA), ayant la tutelle sur la Régie des bâtiments qui pilote la construction du bâtiment, s’était engagé à ne pas commencer les travaux tant que tous les recours juridiques contre le projet n’étaient pas épuisés et que le contrat avec le consortium Cafasso, désigné pour la mise en œuvre, n’était pas signé.

Jan Jambon confirmait en effet en juin dernier en réponse à une question du député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre que “(…) Pour autant que le recours en suspension dans la procédure Keelbeek ait également été rejeté, la Régie des Bâtiments aurait, comme indiqué par la commission, pu se consacrer aux conditions du contrat à la fin de l’année 2017. Étant donné que le permis de base était recevable, il a été décidé de commencer l’abattage des arbres avant l’arrêt biologique, dans l’attente de la décision dans la procédure Keelbeek. Jusqu’à présent, cette décision n’a pas encore été prise par le Conseil d’État et nous ne disposons d’aucune information quant à une prochaine échéance pour celle-ci.”

« Pourquoi le Ministre Jambon ordonne-t-il aujourd’hui l’évacuation du terrain en vue de commencer la construction alors que la décision de justice n’a pas encore été rendue ? » s’interroge le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre. « Le Ministre revient-il sur ses engagements précédents et ses déclarations de juin dernier ? Cette manière de procéder n’est pas acceptable et pose de nombreuses questions quant à la gestion sérieuse de ce dossier », poursuit Gilles Vanden Burre.

Par ailleurs, l’opacité autour du contrat avec le consortium Cafasso reste totale : « Le 19 juin, le Ministre Jambon nous confirme en Commission qu’il n’y a pas de contrat. Or, la Régie des bâtiments publie le 18 juillet un communiqué annonçant ‘la désignation à titre définitif’ de Cafasso pour l’exécution des travaux… Un contrat semble donc bien avoir été signé. Nous exigeons qu’il soit rendu public sans attendre, comme le Ministre s’y était engagé », poursuit Gilles Vanden Burre.

Le député fédéral interpellera le Ministre Jambon dans les plus brefs délais concernant la mise en œuvre des travaux et le respect de ses engagements pris en Commission, et adressera également un courrier à la Commission des Finances afin que le contrat lié à Cafasso soit rendu public.

De son côté, la co-cheffe de groupe Ecolo-Groen au conseil communal de la Ville de Bruxelles, Catherine Lemaître, interrogera également le bourgmestre Philippe Close (PS) lors du prochain Conseil de police sur les détails de l’intervention, étant donné que les pompiers n’étaient pas présents au début de l’intervention et qu’ils ont du être appelés par des voisins qui s’inquiétaient de voir des cabanes brûlées à proximité des habitations, d’une école, et d’une zone Seveso.