À Bruxelles, la vague verte s’est transformée en véritable tsunami. Les élections nous ont ainsi permis d’obtenir 160 conseillers communaux. C’est 60 de plus qu’en 2012. En réalité, nous devrions plutôt parler de conseillères communales puisqu’elles représentent 70 % de nos nouveaux mandataires. Ce signal est fort et marque la légitime revendication d’un monde politique plus représentatif des femmes.

Cette victoire nous a permis d’entrer dans 14 majorités sur 19 dans la Région bruxelloise. C’est le double par rapport à 2012 et cela fait de nous le premier parti en termes de majorités. Aujourd’hui, quasiment 80 % (!) des Bruxellois vivent dans une commune verte.

Nous obtenons également deux bourgmestres supplémentaires : Christos Doulkeridis à Ixelles et Stéphane Roberti à Forest. Olivier Deleuze quant à lui conserve, et surtout renforce, son maïorat à Watermael-Boitsfort. Sur l’ensemble de la Région, nous comptons ainsi 47 échevin.e.s et un président de CPAS. Ils étaient 19 en 2012.

Lire aussi: Nous sommes prêts

Les défis sont donc énormes pour notre parti à Bruxelles mais nous sommes impatients de les relever. Et le premier d’entre eux sera de réaliser un véritable travail transcommunal. Nous voulons avoir des projets qui iront au-delà des frontières communales, qui seront créés, portés et réalisés par des échevin.e.s de communes différentes mais ayant les mêmes compétences. Avoir une vision régionale qui dépasse les tentations du sous-localisme est primordial pour donner à notre région plus de cohérence et d’ambition. Nous nous y attellerons.