Avec l’action « NO2 Pollution », Ecolo et Groen mesurent la qualité de l’air sur 250 sites répartis au sein des 19 communes bruxelloises. Le week-end dernier, des centaines de tubes de mesure ont été accrochés, en collaboration avec les Bruxellois, sur des maisons, écoles et coins de rues. Les tubes y resteront pendant quatre semaines, après quoi ils seront envoyés en laboratoire pour analyse.

Les points de mesure de la pollution au NO2 ont été sélectionnés via un large appel aux citoyens bruxellois.

Les nombreuses réactions reçues montrent que la qualité de l’air reste une préoccupation majeure pour les Bruxellois : les citoyens veulent un air plus sain. Pour Ecolo et Groen, la qualité de l’air est une priorité absolue et cette action vise à mettre le sujet sous le feu des projecteurs“, déclarent Alain Maron, tête de liste et député à Bruxelles, et Magali Plovie, députée bruxelloise.

Chaque année, plus de 600 Bruxellois meurent prématurément des suites de complications liées à la pollution de l’air. Des concentrations trop élevées de particules et de dioxyde d’azote (NO2) entraînent des problèmes respiratoires, des maladies pulmonaires, des problèmes cardiaques et des cancers. Le problème de la mauvaise qualité de l’air à Bruxelles est indéniable, mais il n’existe à ce jour que neuf points de mesure officiels dans toute la région.

Les résultats des mesures de la qualité de l’air seront connus en avril.