Le Bureau élargi du Parlement bruxellois a décidé de demander ce midi un deuxième avis au Conseil d’État concernant les textes d’ordonnance instaurant le décumul entre la fonction de député et celle de Bourgmestre ou Échevin et ce, dans un délai de 30 jours.

Cette demande émane des groupes Open VLD, CD&V et NVA qui ont introduit pour ce faire des amendements au texte en dernière minute. Les autres partis, à l’exception des écologistes, ne se sont pas opposés à ce que le Conseil d’État soit à nouveau sollicité dans un délai long de 30 jours.

Les textes d’ordonnance ont, pour rappel, déjà été adoptés en commission et bénéficient du soutien d’une majorité parlementaire assez confortable. Une double majorité est toutefois requise et elle n’est, pour l’heure, pas atteinte dans le groupe linguistique néerlandais.

Zoé Genot, cheffe de groupe Ecolo : « Le Conseil d’État a déjà été consulté et a donné son feu vert. Mais voilà que des amendements tombent du ciel deux jours avant la date prévue pour le vote en plénière. Certains sont manifestement prêts à tout pour essayer de gagner du temps et pour bloquer cette réforme pour une meilleure gouvernance à Bruxelles. Et d’autres sont manifestement prêts à les laisser faire…. Le décumul, c’est garantir une plus grande disponibilité du mandataire, lutter contre les conflits d’intérêt et la concentration de pouvoir, tout en modérant les rémunérations. Le message envoyé aux Bruxellois est déplorable.  Pour ECOLO et GROEN, cette manœuvre de retardement témoigne de la fébrilité de certains face à une avancée inéluctable mais qui remet en cause des intérêts personnels. D’abord à Bruxelles puis, peut être, dans d’autres hémicycles. “

Zoé Genot, cheffe de groupe Ecolo