02/218.09.02
Sélectionner une page

Le 2 mai à la Chambre, plusieurs textes issus du groupe de travail ‘Renouveau politique’ ont été soumis au vote. Parmi eux, la proposition d’Ecolo-Groen de réformer le droit de pétition, afin d’augmenter le pouvoir des citoyens de faire la loi.

Concrètement, toute pétition signée par au moins 25.000 citoyens sera désormais présentée devant la commission parlementaire compétente.

« Jusque là, les citoyens pouvaient déjà soumettre des pétitions mais elles étaient peu suivies d’effets », commente le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre, membre du groupe de travail ‘renouveau politique’ et à l’origine de la proposition de base. « Si ce texte est voté cet après-midi, et cela devrait être le cas, ce droit de pétition sera remplacé par une participation citoyenne totale : si 25.000 citoyens, dont 14.500 domiciliés dans la Région flamande, 2.500 dans la Région de Bruxelles-Capitale et 8.000 dans la Région wallonne, signent ensemble une pétition, ils pourront provoquer le débat en commission parlementaire avec les députés et ajouter une proposition de modification législative. C’est une réelle avancée pour une démocratie plus participative », poursuit Gilles Vanden Burre.

Le droit de signature des pétitions est également ouvert à toute personne âgée de plus de 16 ans. L’objectif des écologistes est de renforcer la participation des jeunes à la vie politique. « On parle énormément de renouveau politique. Au-delà des intentions, nous voulons faire changer les choses dans les faits. Et cette avancée est un pas important, si nous voulons renforcer les liens entre la société civile, les citoyens et les représentants politiques », conclut Gilles Vanden Burre.