02/218.09.02
Sélectionner une page

L’école coûte cher et notre enseignement est inégalitaire, comme le démontrent les études PISA chaque année. Or, l’enseignement devrait être gratuit, c’est ce qu’imposent le droit international et la Constitution belge. Ecolo veut dès lors atteindre concrètement cette gratuité, en priorité pour l’enseignement maternel et primaire, car les premières années de scolarité sont les plus déterminantes.

Le sondage de la Ligue des familles en 2016 a établi qu’une année en maternelles coûtait aux familles 280€ en moyenne, contre 1.225€ pour une année en primaire (1). « Pour certaines personnes, 1.225€ par an, cela représente un mois de salaire ! Il faut regarder les choses en face, ce coût de l’école creuse les inégalités entre les enfants, la réclamation de ces frais entraîne, hélas, des stigmatisations des enfants dont les parents ne peuvent pas payer, et la situation empire d’année en année, » commente Barbara Trachte, cheffe de groupe Ecolo au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. « Certaines écoles mettent en place des mesures comme des caisses de solidarité, des chartes avec des plafonds à ne pas dépasser, des achats groupés… mais nous devons créer un cadre structurel, pour que la gratuité soit effective partout et pour tout le monde, » ajoute Barbra Trachte.

Ecolo propose dès lors plusieurs mesures pour atteindre progressivement la gratuité totale de l’enseignement obligatoire, prioritairement dans le fondamental (maternel et primaire), ainsi qu’un échéancier réaliste :

MaternelPrimaireSecondaire
2018-09-01Gratuité totale
2019-09-01Plafond de 160 euros
2020-09-01Plafond de 80 euros
2021-09-01Gratuité totale
2022-09-01Plafond de 160 euros
2023-09-01Plafond de 80 euros
2024-09-01Gratuité totale

« Outre les dépenses invisibles, c’est-à-dire ces petits montants payés çà et là qui, au final, font grimper la facture, les parents font souvent face à des frais ‘facultatifs’ et à des frais ‘obligatoires’. Nous voulons clarifier les choses, et que certains frais soient interdits, tandis que d’autres pourraient être temporairement autorisés, à un moment et pour un but précis, dans les limites du plafond. Dans les prévisions financières du Pacte d’Excellence, une ligne est consacrée au financement des mesures visant à renforcer la gratuité. Le projet de décret que nous déposons au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles permet de mettre en pratique cette intention. L’école est un premier reflet de notre société, il est fondamental qu’elle soit accessible à tous les enfants, quel que soit leur origine sociale, » conclut Barbra Trachte.

(1) https://www.laligue.be/leligueur/articles/sondage-2016-la-gratuite-de-l-ecole-un-leurre-!