02/218.09.02
Sélectionner une page

Les Nations Unies jugent aujourd’hui sévèrement l’attitude du Secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration Theo Francken (N-VA) : la façon dont les migrants soudanais ont été renvoyés vers le Soudan pose question. Pour Ecolo-Groen, cette réprimande de l’ONU est un énième signal indiquant que la politique d’asile en Belgique s’est engagée sur la mauvaise voie. En septembre déjà, les Nations Unies, tout comme les écologistes, avaient déjà appelé à la prudence dans des domaines aussi sensibles. “Theo Francken doit clairement rendre des comptes. Il a menti au sujet des contacts avec les Nations Unies et, comme à son habitude, a balayé leurs avertissements d’un revers de main. Les ‘excuses’ qu’il présente aujourd’hui au Premier Ministre suite à son attitude dédaigneuse d’hier, devraient plutôt être adressées aux soudanais victimes de violences à leur retour forcé au Soudan,” commente le député fédéral Ecolo Benoit Hellings.

 

Après une ONG indépendante, c’est en effet au tour de l’ONU elle-même d’affirmer que cette politique ne suit plus les lignes directrices que sont les droits humains. “Si ces informations sont confirmées, c’est un vrai problème politique. Nous demandons une vraie enquête indépendante, incluant un contrôle parlementaire poussé, sur ce qui s’est passé avec ces migrants soudanais renvoyés vers leur pays d’origine,” ajoute Benoit Hellings.

A cet égard, Ecolo-Groen a écrit au Président de la Commission de l’Intérieur de la Chambre, Brecht Vermeulen (N-VA) pour demander qu’un groupe de travail puisse être mis en place et ainsi assurer le contrôle hebdomadaire de la Chambre au sujet de l’enquête en cours.

Le député fédéral Ecolo Benoit Hellings appelle les partis de la majorité fédérale, et le MR en particulier, à ne plus soutenir l’inadmissible politique d’asile et de migration de Theo Francken. “Que cette politique indigne soit celle que porte la N-VA, rien d’étonnant. Ici, le point de vue des Nations Unies est évident. Notre politique d’asile doit revenir sur la voie des droits humains et des valeurs fondamentales : on n’envoie pas des migrants dans les geôles de la politique politique que ces mêmes migrants fuient. Le MR doit se ressaisir !” conclut Benoit Hellings.