02/218.09.02
Sélectionner une page

Les violences qui se sont produites à Bruxelles dernièrement ont remis en lumière la nécessité de trouver des solutions pour les citoyens et leur sécurité, et donc de mener un débat objectif sur l’organisation de la police et de la sécurité à Bruxelles.

Pour Ecolo, les jeux politiciens et communautaires ont jusque là trop souvent empêché la recherche de solutions constructives : se renvoyer la faute entre le fédéral et la Ville de Bruxelles passe en effet complètement à côté de l’enjeu et d’une vision ambitieuse pour notre capitale. C’est la raison pour laquelle Ecolo et Groen souhaitent ouvrir le débat en proposant la création d’un Etat major régional composé des six chefs de corps des zones de police bruxelloises et d’un représentant du Gouvernement bruxellois. En parallèle, une analyse objective et détaillée de la structure actuelle, composée des 6 zones de police, doit être poursuivie.

« On a assisté tout le week-end à des levées de boucliers politiciens sur le mode ‘c’est pas moi, c’est l’autre’. C’est indigne et irrespectueux des citoyens dans leur ensemble, mais également des victimes des actes de violence récents : les familles et les supporters du Maroc, les commerçants qui ont vu le projet d’une vie partir en fumée, les policiers et les pompiers qui ont été blessés dans l’exercice de leur fonction,… Il est urgent d’oser ouvrir un débat sain et objectif sur l’organisation de la police et de la sécurité à Bruxelles, » commente le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre. Ce dernier interpellera d’ailleurs le Ministre de l’Intérieur cet après-midi en Commission de l’intérieur à la Chambre, afin d’analyser les éléments qui ont conduit à ces événements et de dégager des solutions concrètes pour l’avenir.

Dans la pratique, l’Etat major proposé par les écologistes jouerait le rôle d’un centre de commandement coordonnant tous les services dans des matières aussi sensibles que la lutte contre le terrorisme, le grand banditisme, la gestions des grands événements et des manifestations,… Par ailleurs, les écologistes plaident pour la mutualisation des services administratifs, ce qui optimisera leur fonctionnement et permettra également de réaliser des économies.

« Notre priorité est de trouver des solutions réalistes. La sécurité fait partie intégrante de la qualité de vie de nos concitoyens. Ils doivent se sentir protégés par la police. De son côté, la police doit être renforcée dans ses missions de proximité. Pour nous, chaque euro investi dans la sécurité et la répression doit être complété par un euro dans la prévention, le travail de quartier et la formation. Une vraie politique de sécurité passe par un bon équilibre entre répression, afin de sanctionner rapidement et de façon appropriée lorsqu’il y a lieu, et prévention. Sans cet équilibre et un vrai débat sur les zones de police, le problème ne fait que se reporter, » conclut Patrick Dupriez, coprésident d’Ecolo.

Gilles Vanden Burre, Député fédéral