02/218.09.02
Sélectionner une page

Une erreur grossière a été commise par les Ministres du Budget, Didier Gosuin et Guy Vanhengel, dans le cadre du budget Cocom 2018. Ils ont indiqué en dépenses pour les allocations familiales le montant de 2017 et non le montant 2018 transmis par Famifed. Or, une indexation a eu lieu courant 2017 et le montant 2018 est donc plus élevé. « C’est une erreur incompréhensible… Nous espérons qu’il n’y a rien ici de volontaire dans le but de masquer l’incapacité du Gouvernement à équilibrer le budget », commente Alain Maron.

Le budget affiche un montant de 774,350 millions d’euros de dépenses pour les allocations familiales à la place de 788,4 millions d’euros (montant Famifed). Un « trou » de 14 millions relevé par la Cour des comptes dans son rapport sur le budget, nié par les Ministres du Budget  (Guy Vanhengel et Didier Gosuin) lors de l’examen général du budget il y a une semaine, mais confirmé par les Ministres fonctionnels (Céline Fremault et Pascal Smet) ce mercredi à l’occasion de l’examen spécifique des budgets d’Action sociale.

Ce trou est loin d’être anecdotique si on considère que l’essentiel des dépenses de la Cocom sont incompressibles en l’état (comme les dépenses réelles d’allocations familiales, les montants vers les hôpitaux ou encore vers les ASBL et autres structures agréées avec des normes de financement). Ce gap représente à titre indicatif la moitié du budget CPAS de la Cocom, les trois quarts du budget Sans-abri et de Lutte contre la grande pauvreté, et un budget identique à celui du fonctionnement des institutions pour Personnes handicapées.

Pour Ecolo, Messieurs Vanhengel et Gosuin doivent trouver rapidement une solution, mais sans mettre à mal les politiques sociales, de santé et familiales, indispensables en Région bruxelloise, au regard des enjeux sociaux et du boom démographique. « La solution ne peut être de compresser de 14 millions les dépenses sociales et de santé, mais doit venir de la dotation régionale, où les volants budgétaires sont plus importants ! », estime Alain Maron.

Alain Maron, député bruxellois Ecolo